« Pierre semi-précieuse » – à moitié belle ?

Bien que ce terme (pierre semi-précieuse) soit interdit dans le commerce en France par un décret du 14 janvier 2002, on a longtemps appelé certaines pierres : « semi-précieuses ». On utilise dorénavant le terme de pierres fines.

Le monde des bijoux a souvent été hanté par la nomenclature « pierre semi-précieuse ».  J’ai toujours trouvé ce mot quelque peu étrange. Qu’est-ce qu’il signifie exactement ? Y avait-il des gemmes un quart ou même trois quarts précieuses ? Non, bien sûr que non. Mais si vous regardez de plus près, le concept de « pierre semi-précieuse » était tout aussi exotique et bizarre. Pourquoi ce nom étrange persiste-t-il avec tellement d’insistance ?

 

Recherche d’explication du terme : pierre semi-précieuse

Pierre Ammolite - Juwelo bijoux en ligne

Pierre Ammolite – Juwelo bijoux en ligne

Il existe plusieurs hypothèses quant à l’origine de cette désignation. Il apparaît d’abord de manière certaine que seules les quatre grandes pierres – c’est-à-dire diamant, rubis, émeraude et saphir – ont été qualifiées de pierres « précieuses » depuis la nuit des temps. Tous les autres pierres gemmes devaient porter un autre nom et ont, alors, été appelées «pierres semi-précieuses”. D’autres sources indiquent que ces pierres fines (autrefois qualifiées de « semi-précieuses ») se trouvaient en quantité plus abondante que les « quatre grandes ». Ou bien celles qui apparaissaient plus opaques ont été appelés pierres « semi-précieuses ». De nos jours, cela devient absurde et trompeur si l’on sait, par exemple, que la Tanzanite est beaucoup plus rare que le diamant lui-même et ne provient que d’une seule région dans le monde. De même que l’Hémimorphite est une pierre très rare, mais pourtant opaque. Le prix, lui non plus, ne peut jouer un rôle central dans la différenciation des pierres précieuses ou pierres fines. Dans le cas de l’Alexandrite, la Tourmaline, l’Aigue-marine et bien d’autres gemmes, le prix au carat est parfois bien plus élevé que les « quatre grandes ».

 

Etat actuel des faits

Afin d’éviter tout malentendu, les associations et organisations internationales ont établi leur point de vue de manière claire :

Quartz rutile - superbe quartz rutile taillé rempli d'inclusions. Juwelo bijouterie en ligne.

Quartz rutile – superbe quartz rutile taillé rempli d’inclusions. Juwelo bijouterie en ligne.

L’AGTA (American Gem Trade Association) propose dans son «code de déontologie» la recommandation du terme “semi-precious” pour différencier toutes les pierres qui n’appartiennent pas à la catégorie des pierres précieuses (rappel : Diamant, Saphir, Rubis, Emeraude). Quant au CIBJO (Confédération Internationale de la Bijouterie, Joaillerie, Orfèvrerie des diamants, perles et pierres), on peut lire dans leur recueil « Livre de pierres précieuses» à l’article 4.3.6. que le terme” semi-précieux ” est ambigu et ne doit pas être utilisé. Dans la section 5.45. il est expliqué que les pierres semi-précieuses étaient autrefois considérées comme « moins rares que les pierres précieuses», mais ce terme est trompeur aujourd’hui.
Ceux qui pensent que la différentiation entre pierres précieuses et « semi-précieuses » est aussi vielle que le commerce des pierres se trompent. Elle n’est apparue qu’au milieu du 19ème siècle.

 

Superbe Kunzite taillé en Trilliant - Juwelo bijouterie en ligne.

Superbe Kunzite taillé en Trilliant – Juwelo bijouterie en ligne.

A mes yeux, le terme « pierres semi-précieuses » suggère tout de même un état d’infériorité de pierres, pourtant splendides, qui ne se justifie nullement. Qu’elles soient opaques ou transparentes, rares ou courantes, je suis d’accord avec Gavin Linsell (ndlr : auteur du livre de Juwelo pas encore traduit en français : « Le monde des pierres »), lorsqu’il dit que l’on ne peut appeler « à moitié belle » celle que l’on aime. Pourquoi donc alors « semi-précieuse » ? Pour moi ce concept est définitivement obsolète et est supprimé de mon vocabulaire. Chaque pierre a son propre charme !