Saphir étoilé – Star of India

Star of India et c’est avec lui que je reviens encore vers vous ! Récemment, je vous avais parlé de l’histoire passionnante du « Star of India » (ndlr. Etoile de l’Inde) lors de l’article sur l’astérisme (http://www.monde-des-pierres.juwelo.fr/asterisme/). C’est l’histoire du plus important saphir étoilé taillé dans le monde. Et comme on le verra plus tard, l’histoire de ce joyau ne peut pas être dissociée de l’histoire d’un champion de surf !

 

Les faits autour du Star of India.

Mais d’abord, quelques faits: le «Star of India» avec son poids de 536 carats ct est probablement le plus important saphir jamais poli. Il présente aussi un superbe effet d’astérisme (ou effet étoilé) à 6 branches. La spécialité de cette étoile est que l’astérisme est visible des deux côtés de la pierre : au-dessus et en dessous.

Ce corindon gris-bleu a été trouvé il y a environ 300 ans au Sri Lanka et en 1901 il a été offert par le financier John Pierpont Morgan au « American Musuem of Natural History » (ndlr. Musée américain d’histoire naturelle) à New York. Depuis, il y est exposé au public malgré une brève interruption en 1964.

Le vol de pierres précieuses du siècle.

Le 29 Octobre 1964 marque le début d’une nouvelle aventure pour cette pierre précieuse de la taille d’une balle de golf. Elle fût volée avec d’autres joyaux du Musée d’histoire naturelle de Manhattan, pour une valeur totale de plus d’un demi-million de dollars. Des pierres comme le Midnight Star (également un saphir étoilé), le DeLong Star Ruby et l’Eagle Diamond faisaient aussi partie du butin.

Le plan était simple et facile à mettre en œuvre, et fut encore facilité par un petit coup de main du destin.

Les voleurs ont ouvert une fenêtre des sanitaires pendant la journée et ont profité de la nuit pour se faufiler dans le musée. Tout comme dans le film “Topkapi” ils eurent toute la nuit pour profiter seuls du musée. Le seul espace d’exposition de la collection de pierres précieuses qui était sécurisé par une alarme, était le «Star of India». Et comme par hasard, ce soir-là, l’alarme n’était pas en état de marche. Les voleurs s’en donnèrent à cœur joie et volèrent au total 22 gemmes de la collection du musée. Ils disparurent finalement de la même manière dont ils étaient venus.

Mais la joie des voleurs ne fut que de courte durée. Il ne fallut que deux jours à la police pour mettre la main sur eux. Un des malfrats était l’ancien champion de surf Jack Murphy. On le surnommait « Murph the Surf » en raison de ses succès en compétition, notamment le « National Hurricane Surfing Championship». Ce sportif, artiste et auteur, n’était pas seulement connu des amateurs de compétition de surf, mais aussi des services de police pour plusieurs délits (contrebande, vols, etc…). La piste conduisit rapidement à lui. Toutefois, le précieux saphir ne fut pas retrouvé lors de l’arrestation de la bande.

Il fallut attendre deux mois pour retrouver une partie du butin. Les pierres précieuses étaient simplement entreposées dans le casier d’une station de bus. On retrouva parmi eux le « Star of India ». Plusieurs autres pierres réapparurent au fil du temps, mais on ne vit plus jamais le Eagle Diamond.

Les voleurs ont été condamnés à une peine de trois ans de prison. Malgré sa période de détention, “Murph the Surf” récidiva dès sa sortie de prison. Il fut condamné pour deux complicités d’assassinats à la prison à vie. Un film de 1975 éponyme retrace la vie de « Murph the Surf ».

Depuis, le « Star of India » a retrouvé sa place au Musée et devrait normalement y être dorénavant sous bonne surveillance.